sábado, 16 de julio de 2011

L’unique « Baptiste » de José Martinez en cadeau d’adieu au public du palais Garnier


Loïc le Duc

José Martinez - Baptiste
Photo : Julien Benhamou
Les ors de Garnier, en ce soir de 15 juillet, affichait « Les Enfants du paradis » du danseur-étoile et chorégraphe José Martinez. Joué à guichet fermé, le public est venu saluer, pour son ultime performance, celui qui a représenté le style académique de la danse française sur de nombreuses scènes internationales. Et pour cet au revoir, José Martinez interprétait, pour la première fois, le rôle de « Baptiste » au côté de sa fidèle partenaire de scène, Agnès Letestu. Inoubliable soirée d’adieux, comme sait les organiser l’opéra de Paris et qui s’est clôturée par vingt minutes d’ovation d’un public conquis.

Cinquante ans après sa sortie, Les Enfants du paradis fut sacré « meilleur film de tous les temps » par la critique française. C’est peu dire de son aura devenue légendaire et de sa capacité à cristalliser, dans l’imaginaire collectif, des images fortes. 

Les dialogues ciselés de Jacques Prévert, l’extraordinaire jeu d’Arletty et de Jean-Louis Barrault et la beauté formelle des images en noir et blanc tournées par Marcel Carné permettent de comprendre la fascination que le film exerce sur les générations successives. Mais le thème choisi y contribue tout autant. Il nous renvoie au vieux Paris, au Paris romantique d’avant la modernisation haussmannienne, à l’époque où la ville, encore si proche de la campagne, résonnait de l’aube jusqu’au soir des mille cris des petits métiers de la rue, à l’époque aussi où les théâtres étaient plus que jamais au centre de l’activité sociale, offrant aux aristocrates, aux nouveaux bourgeois comme aux plus humbles des lieux où rêver et manifester leurs opinions. Le climat du boulevard du Temple, lieu névralgique du théâtre populaire, est restitué dans le film de Carné par une vaste fresque, un véritable hommage à la vitalité des arts du spectacle d’alors. En s’emparant du scénario de Jacques Prévert, le danseur étoile José Martinez n’adapte pas seulement une grande histoire d’amour aux émotions de la danse, il réunit sur la scène de l’opéra toutes les traditions du spectacle. Sans vouloir reproduire le film de Carné, Martinez s’est inspiré de la dimension éminemment chorégraphique de l’œuvre pour nourrir sa propre écriture.


Agnès Letestu - Garance
L’ultime prestation de José Martinez en qualité de danseur-étoile avait donc lieu vendredi 15 juillet, dans la joie. Une joie toute simple que le public était invité à partager dès son entrée dans le hall doré du palais Garnier où des saltimbanques l'accueillaient à grand renfort de battements de tambour et aux cris « Dernière représentation de José Martinez ». 

Et très vite, on entre dans le vif du sujet : la foule, les tréteaux, les badauds… Mime au théâtre des Funambules, Baptiste s’éprend de la belle Garance, déjà courtisée par le bandit Lacenaire. Mais un brillant et ambitieux nouveau, Frédérick Lemaître, succombe lui aussi aux charmes de la belle. C’est sans compter la jalousie de la douce Nathalie, qui aime Baptiste sans en être aimée…

José Martinez
Photo : Julien Benhamou
En arrière-plan, la perspective des maisons et des théâtres du boulevard file en noir et blanc sur un ciel bleu. Seul le monde du théâtre est coloré. Pour cette pièce, Martinez tire avec beaucoup d'astuce toutes les ficelles du théâtre dans le théâtre. Les châssis du décor d'Ezio Toffoluti encombrent la scène. Les danseurs mêlés aux techniciens les poussent, les tournent et les roulent. L'un d'eux présente côté face la porte de la pension de Madame Hermine et côté pile, une de ses chambres. Le décor du Théâtre des Funambules descend des cintres, plus étroit que la scène de Garnier pour qu'on découvre en direct le charme piquant de la vie des coulisses : relation de l'artiste à son miroir, pianiste surveillant la scène en coin, étreintes indolentes en attendant l'entrée en scène, et le joli jeu des trucages comme le drap bleu qu'on agite de part et d'autre d'une barque pour imiter le cours d'eau qu'elle descend. 

Mais ce qui touche particulièrement, lors de ces deux heures de spectacle, c'est le sentiment du bonheur partagé de la troupe. Les danseurs de l'Opéra ne ménagent pas leur peine : ils sont nombreux, vêtus de costumes signés Agnès Letestu, à jongler, rouler du tambour, parler, crier, jouer les bateleurs, passer de la scène à la salle, transformer les escaliers de Garnier en boulevard du Crime, à l'heure où la foule du public les prend d'assaut, ou bien en théâtre des Funambules pendant l'entracte. 

La distribution à l’affiche ce 15 juillet a grandement contribué à la réussite du spectacle : Vincent Chaillet, félin et virtuose, en Lacenaire, a la main baladeuse des pickpockets. Florian Magnenet campe un Fréderick Lemaître, devenu danseur virtuose plutôt que dieu du théâtre, de bonne facture ; Caroline Robert est une merveilleuse Madame Hermine, Clairemarie Osta une passionnante Nathalie. Agnès Letestu joue Garance : précieuse, sensuelle, fatale mais surtout indépendante. José Martinez, pour son ultime apparition en tant que danseur-étoile de la compagnie interprétait, pour la première fois, Baptiste : lunaire, passionné et amoureux, il restitue la magie des scènes de mime du film de Carné et Prévert. Et là, on est touché au cœur. 

José Martinez

De manière générale, la chorégraphie a été vraiment pensée en fonction des interprètes et des personnages qu'ils sont supposés incarner. Mais il n’y a pas à proprement parler de phrasé chorégraphique propre à Martinez puisque le danseur-étoile a puisé dans les écritures disponibles du répertoire de la compagnie parisienne : les scènes de foule font appel à la gestuelle de Mats Ek, la scène du bal à Neumeier et sa Dame aux camélias… Là-dessus, la musique de Marc-Olivier Dupin, joueuse et franche, trouve sa place avec délicatesse, sans jamais forcer ou écraser la tendre poésie de l'œuvre.

Mais en ce soir de 15 juillet 2011, la fête n’en finit pas sur le boulevard du Temple : les confettis et serpentins fusent en tout sens pour célébrer le départ de José Martinez : des bouquets pleuvent, les applaudissements et les bravi aussi ; les admirateurs, les amis, les collègues ne veulent décidément pas que le rideau se baisse sur la scène de Garnier. De l’orchestre au « poulailler », Garnier acclame, debout, l’étoile. Toutes les étoiles « du moment » et le corps de ballet sont venus rejoindre, sur scène, celui qui a incarné, de nombreuses années, noblement et admirablement, la danse française. Devant cet enthousiasme, José Martinez traverse la fosse d’orchestre, sur les épaules de Yann Saïz, pour un bain de foule… il est accueilli par un public chaleureux et une myriade d’étoiles : Ghislaine Thesmar, Pierre Lacotte, Elisabeth Platel, Elisabeth Maurin, Delphine Moussin, Claude de Vulpian…. Nombreux sont celles et ceux qui, furtivement, essuyaient quelques larmes... 

Agnès Letestu - José Martinez
Photo : Julien Benhamou

José Martinez nous promet de revenir la saison prochaine interpréter « Appartement » de Mats Ek … nombreux sont ceux qui, d’ores et déjà, attendent la diffusion des distributions pour répondre présent au prochain rendez-vous avec l’étoile originaire de Malaga.


Distributions :
Garance : Agnès Letestu
Baptiste : José Martinez
Frédérick Lemaître : Florian Magnenet
Lacenaire : Vincent Chaillet
Nathalie : Clairemarie Osta
Madame Hermine : Caroline Robert
Le Comte : Yann Saïz

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada